Liste des Travaux réalisés par la Communauté de Communes des Sablons

Le Musée de la Nacre et de la Tabletterie est installé depuis mai 1999 sur le site des anciennes usines de tabletterie Dégremont.
Edifié en 1857, il était constitué de trois bâtiments principaux en briques qui sont aujourd’hui inscrits à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques. Le Musée occupe le bâtiment central, celui qui était autrefois destiné à la production.
La réhabilitation des bâtiments a été prise en charge par la Communauté de Communes des Sablons. Elle a été conduite de façon à respecter l’originalité du site et les évolutions liées à son histoire.

Le Musée fait actuellement l’objet de travaux d’extension qui ont permis la réhabilitation du bâtiment perpendiculaire au Musée. Ses locaux comprennent deux salles d’expositions temporaires, des salles pédagogiques pour faire découvrir le monde de la nacre et de la tabletterie aux enfants, de nouvelles réserves et des bureaux. Une salle de séminaire pouvant recevoir une centaine de personnes a également été installée au premier étage du bâtiment et un salon de thé a été aménagé en terrasse afin d’accueillir les visiteurs. Ces derniers pourront achever leur visite par une promenade dans le jardin paysager nouvellement créé.

L’église Notre-Dame a été construite au début du XIIème siècle et est donc construite selon une architecture gothique si l’on excepte le voûtement de la nef réalisé au XIXème siècle.
Avant 2000 et le début de la campagne de restauration menée par la Communauté de Communes des Sablons, l’édifice avait déjà fait l’objet de travaux dont les derniers s’étaient concentrés sur la rénovation de la charpente et de la couverture. Néanmoins, l’église souffrait d’autres désordres et notamment du mauvais état des parements extérieurs et de fissures sur la façade ouest de la nef. Il semblait donc nécessaire de réaliser des travaux sur la structure même de l’édifice afin d’en assurer la conservation.
L’édifice a d’abord été assaini grâce à la mise en place d’un drain périphérique raccordé au réseau d’évacuation des eaux pluviales. Ce drain a peu à peu permis l’assèchement de l’intérieur de l’église et fait disparaître l’eau qui y stagnait. Les murs extérieurs ont ensuite été restaurés par le remplacement des pierres abîmées, leur rejointoiement et la reprise des enduits. Les arcades basses de la façade principale qui avaient été comblées ont été dégagées. A l’intérieur, le sol a dû être refait dans la croisée du transept, le bras nord du transept et l’allée de la nef. Sous ces sols un chauffage par eau chaude a été installé. Il permet d’obtenir une température constante de 8 à 10 degrés en hiver, évitant la condensation sur les murs. Un complément de chauffage est apporté par des appareils électriques radiants. La restauration de l’intérieur de l’édifice s’est poursuivie par le remplacement des portes, la restauration des maçonneries intérieures et la réfection partielle des vitraux. Enfin, l’électricité a été complètement revue et des sanitaires ont été installés dans la sacristie améliorant ainsi l’accueil des fidèles et le confort du prêtre.

Coût de l'opération : 590 000€ H.T.
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons.

L’église Saint-Etienne a été bâtie entre le XIIème et le XVIème siècle.
Au début des années 2000, lorsque la Communauté de Communes des Sablons envisage d’entamer sa restauration, l’édifice souffre de nombreux maux. En effet, il subi de fortes montées d’humidité par capillarité, les murs du chœur et de la nef sont fissurés et certaines pierres sont très abîmées. De plus, l’obstruction des baies romanes et le grillage qui encadre les baies modernes nuisent à la beauté de l’église.
Des travaux de restauration et de mise en valeur de l’église ont donc été réalisés en plusieurs tranches entre 2002 et 2005. Ainsi, l’édifice a été drainé afin de l’assainir et d’empêcher les montées d’humidité.
L’ensemble des façades a été repris et les pierres dégradées, remplacées. Les baies romanes ont été ouvertes et de nouveaux vitraux ont été posés. L’appentis qui obscurcissait le chevet a été démoli. A l’intérieur, le plafond de la nef a été supprimé et la charpente en carène a été lambrissée. Les sols et les voûtes en bois ont eux aussi fait l’objet de restaurations. Enfin, les bancs, les autels et les portails Sud et Ouest ont été révisés. Des statues qui avaient été détériorées durant les affrontements qui ont suivi la séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905, ont été réparées, notamment celle de Saint Etienne qui trône au dessus du porche d’entrée.

Coût de l'opération : 425 000€ H.T.
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons.

La Tour des Conti est le dernier élément du château de Méru aujourd’hui disparu.
D’origine médiévale, elle a été remaniée au XVIIème siècle. Avant de faire l’objet d’une campagne de restauration dans le cadre de l’Opération Patrimoine de la Communauté de Communes des Sablons, elle était dans un très mauvais état et était dissimulée derrière des hauts murs. Les travaux de restauration ont débuté en 2001 par la restauration de la toiture. En effet, les anciennes couvertures et charpentes ont été déposées et remplacées.
Ainsi une nouvelle toiture en ardoise avec motif écailles vient désormais couvrir l’édifice. Ces travaux ont également permis la purge des arases, la reprise de la corniche en pierres neuves et la restauration des parements.
Une 2ème tranche de travaux a consisté en la restauration du fût de la Tour des Conti. Ainsi la façade a été entièrement ravalée, les pierres de taille abîmées ont été remplacées et les enduits ont été refaits.

Coût de l'opération : 172 000€ H.T.
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons.

Classée Monument Historique depuis 1982, cette église est un édifice complexe associant des parties des XIème, XIIIème, XVIème et XIXème siècles.
Avant sa prise en charge par la Communauté de Communes des Sablons en 2001, l’église avait déjà fait l’objet de campagnes de restauration.
Ainsi les bas-côtés et la flèche de croisée avaient été reconstruits et les maçonneries avaient été reprises. A l’intérieur, les parements avaient été refaits et certains chapiteaux remplacés.
Depuis son classement l’édifice avait également connu plusieurs opérations de confortation. Néanmoins, malgré ces différents travaux, l’église souffrait de nombreux désordres.En effet, des infiltrations d’eau altéraient les pierres de la façade et des fissures fragilisaient l’ensemble de l’édifice. L’absence de paratonnerre et la vétusté de toutes les couvertures menaçaient la sûreté de l’édifice.
Les travaux réalisés dans le cadre de l’Opération Patrimoine se sont principalement concentrés sur les toitures basses de la nef qu’il était urgent de restaurer. Elles ont donc été entièrement refaites en tuiles plates et un paratonnerre a été installé. D’autres éléments de l’édifice ont également été rénovés. Ainsi une charpente neuve en chêne a été mise en place, les parements ont été repris et les jointoiements revus. L’édifice a été drainé afin de le protéger de l’humidité. Enfin les vitraux des baies de la nef ont été restaurés et les cloches on été rénovées.

Coût de l'opération :  530 000 € H.T. 
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons

L’église Saint-Lucien et Saint-Fiacre date, pour sa partie la plus ancienne, du XIème siècle. Au XIXème siècle, elle a été complétée par un chœur. Lorsque la Communauté de Communes des Sablons a décidé de la restaurer en 2002, l’église était en mauvais état. L’humidité remontait par capillarité, la charpente et la couverture du chœur s’affaissaient et de larges fissures fragilisaient les murs si bien que l’édifice avait dû être fermé pour des raisons de sécurité. D’importants travaux de restauration étaient donc nécessaires pour la conservation même du monument.
Ces travaux ont été réalisés en deux tranches entre 2002 et 2005 et ont concerné tant l’extérieur que l’intérieur de l’édifice.
Les premiers travaux se sont concentrés sur la charpente du chœur qui a été rénovée et sur laquelle on a installé un tirant métallique afin de la renforcer. La charpente de la nef a également été révisée et l’ensemble de la couverture en tuiles plates a été refaite. Pour protéger l’édifice de l’humidité, ses façades ont été drainées avant d’être complètement restaurées notamment au niveau du chœur et de la sacristie. Un appentis attenant à la sacristie a été démoli redonnant à l’église son apparence initiale.
A l’intérieur, la voûte du chœur a été restaurée de même que les sols en tomettes. Les vitraux ont été révisés et un vitrail contemporain a été mis en place sur la baie de la sacristie. Le mobilier a également été restauré. Ainsi les bancs, la porte d’entrée et les portails ouest et sud ont été rénovés. Le maître-autel en bois de la fin du XVIIème siècle comportant une représentation d’une Vierge à l’Enfant, a été entièrement restaurée. Enfin, le clocher a été muni d’un paratonnerre et d’un nouveau coq doré et une nouvelle cloche baptisée « Marie » a remplacé l’ancienne qui était fêlée et donc inutilisable

Coût de l'opération : 272 000€ H.T.
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons.

L’église Saint-Martin de Neuville-Bosc date, pour sa partie la plus ancienne, du XIIème siècle. Elle a ensuite été remaniée à l’époque du gothique flamboyant (milieu XIVème-fin XVème siècle) puis aux XVIIème et XVIIIème siècles.
En 2002, lorsque la Communauté de Communes des Sablons a décidé de le restaurer, l’édifice était très dégradé. A l’extérieur les couvertures et les façades étaient abîmées. Les dernières tentatives de restauration n’avaient fait qu’accélérer la dégradation de l’édifice à cause de l’utilisation de ciment gris pour la réparation des pierres et les rejointoiements. A l’intérieur l’éclairement était sombre notamment à cause de vitraux foncés posés dans les années 1970. Il était donc nécessaire d’intervenir pour restaurer et remettre en valeur l’édifice.
Dans un premier temps, des travaux d’assainissement ont été réalisés notamment pour écarter le ruissellement des Buttes de Rosne. Ainsi les fondations ont été consolidées et un drain a été posé autour de l’édifice pour prévenir les infiltrations d’eau. Les façades extérieures, les couvertures et les pierres du clocher ont été restaurées. Enfin, des tirants d’ancrage ont été mis en place dans les pignons Est et Ouest pour assurer la stabilité des murs.
A l’intérieur, les facades du chœur, de la croisée et dutransept ont été restaurées. Le volume de la nef a pris une dimension nouvelle grâce au lambrissage de la charpente en carène. Les voûtes des bas-côtés et de la nef ont également fait l’objet de travaux de rénovation. Le beffroi qui permet de supporter et de faire mouvoir les cloches a été réparé et des arcs médiévaux précédemment murés ont été remis en valeur. Enfin divers éléments mobiliers dont certains sont classés Monuments Historiques, ont été soigneusement restaurés. Ainsi le Maître autel en pierre polychromé du XVIIème comportant une représentation de la Cène a été dépoussiéré, nettoyé et réparé de même que les statues de Saint Hubert et Saint Martin. La toile peinte a également été restaurée et un décor de type « ciel nuageux frappé de rayons lumineux » y a été restitué.

Ces travaux considérables ont été réalisés en plusieurs tranches entre 2002 et 2008.

Coût de l'opération : 950 000€ H.T. 
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons.

L’église Notre-Dame de la Nativité de Chavençon date, pour sa partie la plus ancienne, du XIIème siècle. Elle a ensuite été remaniée et agrandie à différentes époques et notamment au XVIème siècle.

Elle a connu plusieurs campagnes de restauration. Ainsi en 1883, elle a fait l’objetde réparations importantes suite à un incendie. En 1968 des pierres ont été remplacées sur le pignon Est et le contrefort Sud. Enfin, en 1979 des travaux de couverture ont été réalisés.
Néanmoins, en 2000, lorsque la Communauté de Communes des Sablons décide de prendre en charge l’église dans le cadre de son Opération Patrimoine, il semble nécessaire de réaliser des travaux de plus grande ampleur qui prévoiraient la restauration de la structure même de l’édifice. En effet, si certains éléments tels que la couverture sont en bon état, d’autres doivent être rénovés.
Ainsi l’édifice qui connaissait d’importants problèmes d’humidité, a été assaini grâce à la pose d’un drain périphérique. Les fissures qui le fragilisaient ont été réparées et l’ensemble des parements extérieurs et intérieurs a été restauré. Des éléments de corniche en mauvais état ont été remplacés. La charpente en carène a été restaurée et une voûte en bois a été créée. Les sols ont été refaits et les plafonds des bas-côtés ont été entièrement repeints. Enfin, l’installation électrique et l’éclairage extérieur ont été entièrement rénovés.

Ces travaux se sont achevés en 2002

Coût de l'opération : 230 000€ H.T.
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons.

L’église Saint-Nicolas date du XVIème siècle mais elle a été reconstruite au XVIIIème siècle suite à un incendie. Durant les XIXème et XXème siècles, elle a connu de nombreuses campagnes de restauration qui ont notamment permis la rénovation de ses façades et la réfection complète de sa toiture. Ainsi au début des années 2000 lorsque la Communauté de Communes des Sablons a décidé de restaurer l’église Saint-Nicolas, les extérieurs étaient en bon état et ne nécessitaient qu’un simple entretien. Les travaux se sont donc principalement concentrés sur la mise en valeur de l’intérieur du monument. Un drain a tout de même été réalisé sur le pourtour de l’église afin d’assainir l’ensemble des murs.

A l’intérieur les travaux ont débuté par la reprise de l’ensemble de la voûte dont l’état menaçait la sécurité des fidèles et visiteurs. L’intégralité de la charpente du XVème siècle a également été reprise ce qui lui a permis de retrouver son aspect initial.

Par la suite, l’ensemble des murs a été purgé et réparé avant la restitution du décor en faux appareillage de pierre. La rénovation de l’édifice s’est poursuivie par la restauration de son mobilier. Ainsi l’ensemble des lambris et des bancs a été restauré. Les statues actuellement en place ont également fait l’objet d’une restauration minutieuse. L’autel et le retable ont été nettoyés, traités, consolidés, repeints et redorés. Le tabernacle en marbre a été totalement reconstruit. Les tableaux constituant le « chemin de croix » ainsi que le Christ ont été transportés en atelier pour faire l’objet d’un nettoyage et de reprises ponctuelles de leur peinture. Le baptistère, protégé au titre des Monuments Historiques, a également été restauré ce qui a permis de conserver une grande partie de son décor d’origine. Enfin, l’installation électrique a été entièrement refaite et le chauffage s’effectue désormais par des lustres radiants.

La restauration de l’église Saint-Nicolas s’est achevée en 2002.

Coût de l'opération : 210 000€ H.T. 
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons.

Unique vestige d’une abbaye de l’ordre de Prémontré fondé au XIIème siècle.
Bien que des travaux de consolidation aient déjà été réalisés en 1997, lorsque la Communauté de Communes des Sablons entame la restauration de Notre-Dame, l’édifice souffrait de plusieurs désordres. Ses murs étaient fragilisés par des remontées d’humidité, sa couverture, remplacée pour la dernière fois en 1965, était en mauvais état et ses soubassements en pierre étaient dégradés.

A l’intérieur plusieurs éléments mobiliers, dont certains sont inscrits à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques, étaient abîmés et nécessitaient d’être restaurés. Il semblait donc nécessaire de réaliser des travaux de grande ampleur qui prévoiraient la restauration de la structure de l’édifice mais également la mise en valeur des décors et du mobilier.

La restauration de l’église Notre-Dame s’est effectuée en plusieurs tranches à partir de 2000. Les travaux ont commencé par la restauration de la façade Sud de l’édifice, de la travée de voûte Est et de la partie Sud de la couverture. Les gouttières et descentes d’eaux pluviales ont été remplacées et de nouveaux vitraux ont été posés et munis de protections grillagées. La deuxième phase débutée en 2004 a permis de restaurer la façade Nord de l’église. Ainsi les parements ont été nettoyés et brossés, les briques et les pierres ont été restaurées, les trois baies qui étaient obturées ont été ouvertes et de nouveaux vitraux ont été installés. Enfin, la toiture en ardoise et la charpente ont elles aussi été entièrement restaurées.
Prochainement devraient commencer les travaux de restauration intérieure qui doivent permettre la rénovation du plafond de l’édifice, de ses badigeons, de ses décors et statuaires et de son installation électrique.

Coût de l'opération : 680 000€ H.T.
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons.

L’église Sainte-Madeleine et Saint-Denis de Bornel est inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1927. Sa partie la plus ancienne, le chœur, date du XIIème siècle mais sa construction s’est poursuivie aux XIIIème, XVIème et XVIIIème siècles. L’édifice a fait l’objet de plusieurs campagnes de restauration. Ainsi dès les années 1950 d’importants travaux ont permis de consolider les murs de l’église grâce à la reprise des fondations et à la reconstruction des contreforts. En 1996, des travaux de toiture et de consolidation de la charpente ont été réalisés mais l’intérieur de l’édifice restait dans un très mauvais état. Les voûtes étaient affaiblies par l’écartement de leur support et les voûtains perdaient leurs pierres.
C’est à ce stade et dans le cadre de son « Opération Patrimoine » que la Communauté de Communes des Sablons en accord avec la mairie de Bornel, a décidé de reprendre la restauration de l’église Sainte Madeleine et Saint Denis.

Dans un premier temps, pour assainir l’édifice et évacuer l’humidité des murs, un système de chauffage permanent a été installé par le sol. En maintenant une température constante de 8 à 10 degrés, il permet d’éviter la condensation sur les murs et d’éliminer l’humidité. Le complément de confort est assuré par des appareils électriques à chauffage rayonnant.

Ensuite, pour consolider les voûtes on a procédé de deux façons. Dans la chapelle sud, l’écartement des murs avait aplati la courbe des arcs il a donc fallu les reconstruire ; dans la chapelle nord, les courbes étaient encore régulières, les travaux ont donc uniquement consisté en leur consolidation. Les plafonds de la nef et des rampants des bas-côtés ont été refaits en bois. La travée ouest a été couverte d’une voûte pour permettre le dégagement de la baie de la façade et laisser voir la qualité de la charpente.
Les sols, les maçonneries intérieures et l’estrade de l’autel ont également été refaits. Une porte a été créée sur le côté nord de l’édifice. Les vitraux ont été soigneusement restaurés et une verrière de la chapelle sud anormalement montée dans un châssis en bois a été remplacée par une nouvelle verrière placée convenablement dans la baie.

Ce sont des travaux considérables de restauration et de mise en valeur de l’édifice qui ont ainsi été réalisés.

Coût de l'opération : 1 120 000€ H.T. 
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons.

L’église Sainte-Honorine de Corbeil-Cerf date des XIIIème et XVIème siècles et est inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1966.
Elle a connu plusieurs campagnes de travaux dans les années 1980 et 1990, qui ont notamment permis de restaurer la charpente et le porche. Néanmoins, des travaux de plus grande ampleur semblaient nécessaires. En effet, l’édifice souffrait de l’humidité, la couverture était en mauvais état, et les maçonneries étaient abîmées. La Communauté de Communes des Sablons a donc décidé de prendre en charge la restauration de Sainte-Honorine dans le cadre de son Opération Patrimoine.
Ces travaux ont débuté par l’assainissement de l’édifice grâce à la réfection de la couverture et à la réalisation d’un drain périphérique. Dans un deuxième temps, les façades extérieures ont été restaurées notamment par le remplacement de pierres de taille dégradées. Enfin, les gouttières ont été changées.
L’intérieur de l’édifice a ensuite été rénové notamment grâce à la réfection de la voûte en plâtre et des menuiseries Les parements, les badigeons et le sol ont également été refaits. Les vitraux qui étaient abîmés ont été réparés et munis de nouvelles protections grillagées. La corniche en bois a été remise en valeur et les portes de l’église en été remplacées par de nouvelles portes en chêne. Le clocher a également fait l’objet de travaux avec la restauration du beffroi et la révision de la fixation et du mécanisme de la cloche. Enfin l’électricité a été remise en état et un système de chauffage avec lustres et appliques radiants a été installé.
Ces travaux se sont achevés en 2003 mais des travaux complémentaires ont été réalisés en 2005 et ont permis la restauration des décors, des menuiseries du chœur, et du porche.

Coût de l'opération : 450 000 € H.T.
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons.

L’église Saint-Lucien, construite entre le XIème et le XVIème siècle, est un mélange d’architecture romane et gothique.
Cet édifice est l’archétype des églises ayant connu plusieurs phases de construction. La partie la plus ancienne est une tour en pierre du 12e siècle. Au 13e, le choeur est achevé et au siècle suivant, une chapelle bâtie au nord. Durant le 16e siècle, la nef est dotée d’un bas-côté sud de style gothique et plus tard d’un bas-côté nord de style Renaissance.

Le clocher en bois date également de cette période.

Avant sa prise en charge par la Communauté de Communes des Sablons dans le cadre de son Opération Patrimoine, l’édifice souffrait de plusieurs maux. En effet, ses façades étaient fissurées, son sol affaissé et ses parements étaient en très mauvais état. Les eaux de pluie pénétraient à l’intérieur fragilisant encore davantage l’édifice.


2014 Restauration intérieure

Les entreprises, choisies par appel d’offres, sont intervenues sur l’ensemble des maçonneries intérieures, des charpentes et des menuiseries. La nouvelle installation électrique a permis une belle mise en lumière intérieure de l’église. Point singulier de cette restauration : le remplacement de la voûte en plâtre de la nef par une voûte en chêne en forme de coque de bateau inversé.
La voute du bas-côté nord, très détériorée a, elle aussi, été remplacée par du bois. Enfin, la chaufferie sera mise aux normes cet automne.
"Une restauration, c’est avant tout un projet, un état des lieux d’un édifice.
Quels seront les travaux à envisager ?
Que nous cachent les enduits, les voûtes et les combles ?
Pour restaurer, il faut savoir démonter, nettoyer, réparer, remplacer. L’église de Méru n’avait pas subi de rénovation intérieure depuis 50 ans" nous expliquent Patrick Montillon et Jean-
Pierre Brabant, les deux architectes chargés de diriger ces rénovations.
Outre les dommages du temps, les dégradations sont également dues à la présence des pigeons dont les déjections favorisent la détérioration des ouvrages. Ainsi, près de 10
bennes de fientes et de déchets ont été dégagées des combles. L’humidité est aussi une problématique à prendre en compte : les évacuations d’eaux pluviales ont été modifiées
et pour assainir les murs, les enduits dégradés ont été purgés et recouverts à la chaux.
Selon Patrick Montillon, l’adaptation est le maître mot durant les travaux.
Entre le programme dressé par le maître d’ouvrage et les aléas du chantier, il faut savoir rebondir quand l’édifice révèle des surprises.

Coût de l'opération : 510 000 € H.T.
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons.
2001 à 2006 Restauration extérieure en plusieurs phases, en fonction des urgences

Une 1ère phase qui s’est terminée en 2004, s’est concentrée sur l’extérieur de l’église. Ainsi, dans un premier temps l’édifice a été drainé et ses fondations ont été contrôlées afin de le protéger de l’humidité. Par la suite, les façades dont les maçonneries et les appareils de pierre étaient en très mauvais état ont été entièrement restaurées. Les gouttières et les descentes destinées aux eaux pluviales ont été remplacées. Enfin, les vitraux qui présentaient de nombreux désordres et altérations ont été restaurés et de nouvelles portes ont remplacé les anciennes.
La seconde phase qui s’est déroulée entre 2005 et 2006 a consisté principalement en la réfection de la toiture. En effet les couvertures du chœur, des bras Nord et Sud et de la sacristie ont été entièrement refaites. Cette tranche de travaux a également permis de démurer les baies et de réaliser de nouveaux vitraux.

Coût de l'opération : 1 222 000 € H.T. 
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons.

A l’origine l’église Saint-Claude et Saint-Michel était la chapelle du château voisin des Montmorency-Fosseux et avait ainsi été construite par Pierre de Montmorency au XVIème siècle. De cette chapelle subsiste le chœur qui a été complété par une nef aux XVIIème et XVIIIème siècles.

Dans le cadre de son Opération Patrimoine, la Communauté de Communes des Sablons a organisé la restauration complète de l’église de Fosseuse. Ces travaux qui se sont achevés en septembre 2006 ont concerné tant l’intérieur que l’extérieur de l’édifice. A l’extérieur, un drain a tout d’abord été réalisé autour de l’église permettant ainsi de la protéger de l’humidité. Les façades n’ont fait l’objet que d’une révision ponctuelle. Ensuite, la couverture a été entièrement refaite, en ardoises pour le chœur et en tuiles plates pour la nef, ce qui permet d’affirmer la différence entre les deux volumes.
Ces travaux ont été accompagnés d’une importante révision de la charpente. La couverture du clocher, en bon état, a simplement été révisée. Un paratonnerre a été installé et le coq a été redoré avant d’être béni puis installer en haut du clocher. L’horloge a été remise en fonction. L’ensemble des vitraux a été révisé et leurs structures et protections grillagées ont été repeintes.

A l’intérieur de l’édifice, les murs ont été traités et les parements on été repeints. Le sol de l’église a été nettoyé et des panneaux lambrissés ont été mis en place sur les soubassements permettant ainsi d’assainir le bas des murs. L’ensemble du mobilier et de la statuaire a fait l’objet de restauration. Enfin, l’installation électrique a été entièrement refaite et un chauffage par panneaux rayonnants a été posé.

Coût de l'opération : 300 000€ H.T. 
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons.

L’église Saint-Rémi d’Esches a été construite aux XIIème et XVIème siècle. Au XIXème siècle, elle a été complétée par une chapelle au nord de la première travée du chœur.
En 2002, lorsque la Communauté de Communes des Sablons décide de le restaurer dans le cadre de son Opération Patrimoine, l’édifice ne connait pas de défaut majeur de structure. Des travaux avaient en effet déjà été réalisés en 2000. Néanmoins, des travaux de restauration et de mise en valeur étaient nécessaires afin de redonner à l’église d’Esches toute son authenticité.
La première tranche des travaux s’est concentrée sur l’extérieur de l’édifice. Ainsi les fondations ont été confortées afin de protéger l’église de l’humidité et les parements des façades ont été restaurés.
Par la suite, l’intérieur du monument a lui aussi fait l’objet d’une importante rénovation. Des travaux de maçonnerie ont d’abord été effectués. Ainsi des pierres ont été remplacées, les parements ont été rejointoyés et les enduits ont été piochés.
Par la suite, le sol en tomettes et carrelage à cabochons a été refait et les arcades de la nef ont été dégagées. Des travaux de menuiseries ont ensuite été réalisés ; ils ont permis de restaurer la charpente et de lambrisser la voûte. Les portes d’entrée et d’accès à la sacristie ont été remplacées. Le mobilier composé de bancs, d’une chaire et d’un retable a fait l’objet de travaux d’embellissement. Les sculptures des chapiteaux, et notamment du chapiteau roman se trouvant dans l’avant-chœur, ont été restaurées. De nouveaux vitraux ont remplacé les anciens qui étaient déformés et cassés et la rose située sur le pignon ouest a été rénovée. Des grillages ont été installés à l’extérieur de l’édifice afin de protéger les nombreuses baies. Enfin, l’installation électrique et l’éclairage extérieur ont été remis en état et un chauffage au sol a été installé.

Ces travaux se sont achevés en 2007

Coût de l'opération : 478 000€ H.T.
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons.

Église associant un chœur du XVIème siècle à un ensemble nef-clocher reconstruit au XIXème siècle. Plusieurs éléments de son mobilier sont classés aux Monuments Historiques (deux inscriptions sur une pierre datées de 1538 et relatives à la fondation de l’édifice, une toile du XVIIème siècle représentant Saint-Charles-Borromée et un cadre en bois sculpté et doré du XVIIIème siècle).
Avant qu’elle ne fasse l’objet de travaux de restauration dans le cadre de l’Opération Patrimoine, l’église Saint Léger ne présentait pas de désordres majeurs.
Néanmoins, si l’intérieur de l’édifice était dans un bon état général, l’extérieur et notamment le chevet, nécessitaient un certain nombre d’interventions.
En effet, les façades étaient fissurées, les joins des parties en brique étaient abîmées et certaines pierres avaient besoin d’être changées. Certains vitraux étaient déformés et cassés et devaient donc être entièrement repris.
Les travaux de restauration menés par la Communauté de Communes des Sablons ont commencé en 2008. Ils se concentrent sur la restauration de l’extérieur de l’édifice. Ainsi grâce à la reprise des enduits, des briques et des pierres de taille les façades sont sur le point d’être complètement rénovées. Les couvertures ont été entièrement démoussées, nettoyées et révisées. Les éléments de la charpente ont fait l’objet de rénovation ponctuelle, les vitraux ont été restaurés et ont été munis de protections grillagées.

Coût de l'opération : 300 000€ H.T.
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons.

Avant que la Communauté de Communes des Sablons ne prenne en charge sa restauration début 2007, la, mairie de Méru était en mauvais état : ses façades étaient devenues noires et une grande partie de ses pierres se délitaient. Des travaux de restauration extérieure ont donc été réalisés. Ainsi, les parements en pierre de taille et les enduits des quatre façades ont été restaurés. Les menuiseries en bois ont été rénovées et repeintes et des menuiseries métalliques ont été crées. Enfin, des baies extérieures ont été modifiées en façades Nord et Sud.

Coût de l'opération : 505 000 € H.T.
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons. Les travaux ont débuté en octobre 2013 et se sont terminés fin octobre 2014.

Dans le cadre de l’Opération Patrimoine de la Communauté de Communes des Sablons, la Mairie de Lormaison fait actuellement l’objet de travaux de rénovation qui se concentrent principalement sur la couverture de l’édifice dont certaines parties étaient en très mauvais état. En effet, il est prévu de restaurer l’ensemble de la couverture en ardoise et des décors en plomb et zinc. Il est également prévu de restaurer la pierre des lucarnes, des frontons et des souches et de remplacer leurs menuiseries. Enfin, des réparations ponctuelles seront effectuées sur la charpente et les bois seront traités.

Coût de l'opération : 170 000 € H.T.
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons. Les travaux ont débuté en octobre 2013 et se sont terminés fin octobre 2014.

Le château d’Hénonville dont la façade est classée Monument Historique depuis 1960, date dans sa forme actuelle, du XVIème siècle. Il a fait l’objet de travaux de restauration menés conjointement par la Mairie d’Hénonville et la Communauté de Communes des Sablons. Ces travaux ont débuté par la rénovation du pavillon Nord Ouest du château entre 2001 et 2004. A l’extérieur, les façades ont été restaurées et des fenêtres neuves ont été posées. A l’intérieur on a rénové les maçonneries, les pilastres et les menuiseries. Les sols et la voûte en plâtre ont également été refaits. Enfin l’installation électrique a été revue et des chauffages radiants ont été installés. Les travaux se sont poursuivis par la restauration du bâtiment principal. La première tranche des travaux a consisté en la reprise des soubassements. Ainsi les pierres de taille dégradées ont été remplacées et rejointoyées. Les parements ont été brossés et les vieux enduits piochés. Un drain a été installé afin de protéger l’édifice de l’humidité. Enfin, des grilles de ventilation ont été posées et une porte neuve a été installée. Les travaux les plus importants ont été réalisés à l’intérieur du château qui est destiné à accueillir des réceptions, des expositions, des réunions. Ainsi les installations de chauffage, de ventilation, de plomberie et d’électricité ont été entièrement rénovées et une isolation thermique a été mise en place dans les combles. Les sols ont été refaits, en pierre, en carrelage ou en résine coulée selon les pièces. Les décors ont été partiellement restitués dans la salle à manger, le vestibule et le salon du rez-de-chaussée. Les vestiges existants (portes, camées, niches, plinthes, pilastres, corniches) ont été restaurés et complétés alors que les éléments manquants que l’on n’a pas pu restituer ont simplement été suggérés. Aux 1er et 2ème étages, des baies ont été ouvertes et les volets intérieurs des anciennes chambres ont été rénovés. Au 2ème étage, les murs et le plafond ont été entièrement refaits en plaques de plâtre. Enfin, des accès handicapés ont été installés afin de faciliter l’accueil des personnes à mobilité réduite.

Ces travaux considérables se sont achevés fin 2008.

Coût de l'opération : 1 800 000€ H.T.
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons.

A l'origine, il s'agissait d'une chapelle paysanne en silex, torchis et toit de chaume. Certaines parties sont typiques du XI/XIIe siècles.

Incluse au parc du château par Robert de Mortefontaine un chevalier, "sire de Montherllan" au XIVe siècle, cette chapelle est devenue église et placée sous la protection de la vierge Marie comme en témoigne la cartouche située sous le fronton du porche ou l’on peut lire « AVE MARIA ».

Elle est inscrite à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1970. Avant sa prise en charge par la Communauté de Communes des Sablons en 2008, l’église était dans un très mauvais état. Les travaux se sont concentrés sur l’extérieur de l’édifice qui souffrait de nombreux désordres. En effet, les murs en silex étaient très abîmés, les enduits se détachaient par plaques et les soubassements étaient fragilisés par l’humidité.

Les travaux ont commencé par la démolition de la sacristie. Ensuite, les façades ont été restaurées grâce à la réfection des enduits et à la rénovation d’éléments en pierres de taille. Une nouvelle couverture en tuile a été réalisée sur la nef et la charpente y a été refaite. La couverture du clocher a quant à elle été simplement révisée. Enfin, le coq a été revu, de nouveaux vitraux ont été installés dans la nef et le chœur et d’autres ont été créés pour l’oculus et la baie du mur du chevet.

Ces travaux ont duré 10 mois.

Coût de la restauration : 240 000 € H.T. 
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons.

L’église Saint-Jean-Baptiste du Déluge est composée d’une longue nef du XVIème siècle et d’une travée construite en façade au XIXème siècle.

C’est en août 2008 que la Communauté de Communes des Sablons a commencé les travaux de restauration de l’église, dans le cadre de son Opération Patrimoine. Durant huit mois, l’extérieur comme l’intérieur de l’édifice ont été rénovés. Tout d’abord, les fondations ont été consolidées puis les façades ont été nettoyées et rejointoyées. Les briques abîmées ont été remplacées et les enduits extérieurs ont été complètement revus.
A l’intérieur, les peintures ont été nettoyées, grattées, poncées et refaites en peintures vinyliques. La voûte en bois a été nettoyée et recouverte de lasure. La sacristie a elle aussi fait l’objet d’importants travaux notamment au niveau de sa sous-charpente et de son plafond. Le mobilier et les décors ont également fait l’objet de restauration. Ainsi la porte principale a été remise en état et 28 bancs en hêtre blanc massif ont été créés pour accueillir les fidèles. Enfin, onze nouveaux vitraux ont été installés et protégés par des grillages en inox.

Coût de l'opération : 170 000€ H.T.
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons.

Éclairage: A cheval sur l’année 2008/2009, la Communauté de Communes a financé la mise en place de 4 mâts d’éclairage de 18 m de haut permettant aux athlètes de s’entraîner dans des conditions optimales en hiver.

Bâtiment du club d’athlétisme: Un projet de construction d’un local répondant aux besoins du club d’athlétisme de Méru est actuellement à l’étude. Il prévoit la réalisation d’un bâtiment d’une surface totale de 240 m², implanté sur la parcelle de la piste d’athlétisme.
Le premier niveau du bâtiment comprend un local rangement pour le matériel d’athlétisme, le second accueillera une salle de réunion, un bureau et une tour de chronométrage entièrement vitrée.

Coût de l'opération : 320 000€ H.T.
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons.

L’actuel château d’Esches date du XVIIIème siècle et a été construit sur l’emplacement d’un château médiéval.
Avant qu’il ne soit restauré dans le cadre de l’Opération Patrimoine de la Communauté de Communes des Sablons, le château avait déjà fait l’objet de plusieurs campagnes de travaux qui avaient notamment permis la réparation de la couverture et le remplacement des menuiseries. Néanmoins d’importants travaux de conservation et de mise en valeur de l’édifice étaient nécessaires. Le château était en effet fragilisé par de fortes remontées d’humidité et ses façades et menuiseries étaient dans un très mauvais état. Les travaux menés par la Communauté de Communes des Sablons ont débuté en août 2008 et se sont concentrés sur l’extérieur du monument. Ainsi les parties du château construites en pierres de taille ont été nettoyées, les joints dégradés par l’humidité ont été refaits de même que les enduits. Certaines baies obstruées ont été débouchées, les anciennes menuiseries et persiennes dont les peintures contenaient du plomb ont été enlevées et les châssis et les portes des façades ont été remplacés par des ensembles en aluminium.

Coût de l'opération : 265 000 € H.T.
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons. Les travaux ont débuté en octobre 2013 et se sont terminés fin octobre 2014.

Extension du parking de la Gare de Méru

La 5ème et dernière tranche des travaux de la plateforme multimodale à Méru s'est terminée en 2009. Elle a consisté en la réalisation d’une centaine de places de stationnement gratuites prolongeant l’actuel parking de la gare. Les travaux ont permis une extension des réseaux, la mise en place d’éclairage public et la création d’espaces verts dans l’esprit de ce qui a déjà été réalisé sur ce site.
- Maitre d’œuvre : PINGAT INGENIERIE
- Voirie et Réseaux Divers : EUROVIA
- Eclairage public : FORCLUM

Coût de l'opération : 340 000 € H.T.
Les travaux débutés en mai 2014 ont été terminés en 2015. Participation des communes de Méru et Andeville pour les travaux en agglomération.

Construction d'une salle des associations à Fosseuse
Le projet était composé des espaces suivants :

    - Une salle destinée à la pratique de la gymnastique
    - Une salle d'activité pour les anciens
    - Une bibliothèque
    - Des installations sanitaires
    - Un local technique

La salle, en forme de longère, comprenait 2 pignons enduits ton pierre et 2 façades vitrées et menuiseries bois.
La surface totale du bâtiment est de 300 m².
Ces travaux ont débuté le 15 février 2010

Coût de l'opération : 416 000€ H.T. 
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons.

Voirie reliant Saint-Crépin-Ibouvillers à Marivaux réfectionnée en 2010, selon des procédés environnementalement performant, tel que le criblage sur site de la chaussée.
Cette opération a été réalisée par l’entreprise SACER, la maîtrise d’œuvre ayant été confiée à Pingat Ingénierie.

Coût de l'opération : 207 856 € H.T.
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons. Les travaux ont débuté en octobre 2013 et se sont terminés fin octobre 2014.

L’église Saint-Martin a été bâtie à l’époque romane mais elle a été modifiée par la suite notamment aux XIIIème, XVIIème et XVIIIème siècles.
Avant qu’il ne soit pris en charge par la Communauté de Communes des Sablons dans le cadre de son Opération Patrimoine, l’édifice tombait en ruine suite à l’effondrement en juillet 1981 d’une partie de la toiture et des voûtes ainsi que du mur gouttereau Sud. Des travaux avaient alors été réalisés afin de consolider l’édifice. Ainsi, les murs avaient été confortés, des piliers avaient été reconstruits et la toiture de la nef avait été refaite. Néanmoins l’église restait en très mauvais état, notamment son chœur qui nécessitait d’être complètement refait.

Les travaux de restauration ont débuté en janvier 2008 et se sont terminés en octobre 2010.
L’objectif de ce programme est de reconstruire l’édifice et d’établir une organisation optimale des espaces pour favoriser l’accessibilité et la sécurité des lieux.
Une grande partie des travaux a déjà été réalisée en 2008. Ainsi, les façades intérieures et extérieures du chœur, de la sacristie et des bas-côtés ont été restaurées. Des travaux considérables de toiture ont été accomplis. En effet, le chœur qui était à ciel ouvert depuis 1981, a été doté d’une charpente et d’une couverture en zinc. La charpente du clocher et la couverture de la sacristie et du chapiteau ont également été reprises. De nouveaux vitraux ont été créés et le chauffage et l’éclairage intérieur du chœur ont été mis en place.

En tout 825 000 € H.T. ont été consacrés à la rénovation de l’édifice.

Après l’aire de jeux d’Esches réalisée en 2004, dont le coût a été de 83 000 €uros, les travaux ayant été réalisées par les entreprises Guillou et Proludic, la Communauté de Communes a crée en 2010 une aire de jeux à Bornel.
Cette aire de jeux, baptisée Jean Rozalski, a été inaugurée le 9 septembre 2010 par Monsieur Alain Letellier, en présence de Monsieur Levasseur, Maire de Bornel, de l’ensemble des élus locaux et de la famille de Jean Rozalski.
La superficie de cette réalisation était de 300 m².
Les travaux ont été réalisés par les entreprises Linéa BTP (création de la dalle), Foreco (fourniture et pose des jeux et sols souples) et Clôtures environnement (fourniture et pose de la clôture et du mobilier urbain).

Coût de l'opération : 80 000€ H.T. 
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons.

Sur le site existaient deux courts de tennis extérieurs et un club house; le projet a consisté à construire un court couvert en lieu et place d'un des deux courts existants (celui attenant au club house).

Rien n'a été modifié sur le plan de masse, à savoir accès, stationnement, végétation...

    -La construction est en bac acier double peau sur structure en lamellé collé.
    -La couverture est à double pente inversée, avec un éclairage zénithal, en plaques de polycarbonate.
    -Ce bâtiment est doté d’un chauffage par panneaux rayonnants.
    -Le revêtement sportif est composé d’une dalle en béton poreux sur laquelle a été appliquée une peinture spéciale.

Les travaux ont débuté le 30 août 2010 et se sont terminés le 31 mars 2011.

Coût de l'opération : 400 000€ H.T. 
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons.

Église Sainte-Marguerite datant du XVe, XVIe (chœur) et XVIIIe siècle dont les contreforts portent des niches.

2013 : Travaux de restauration des extérieurs (remise en état des abords).

Coût de l'opération :  450 000 € H.T. 
Entièrement financés par la Communauté de Communes des Sablons.

Construction d'une salle des sports à Fresneaux-Montchevreuil
Elle offre aux habitants de Fresneaux-Monchevreuil un lieu de pratique sportive moderne et permettra de développer le tissu associatif local.
Ce complexe sportif de 705m2 est composé d’un hall d’accueil, d’une salle multisport de 382m2 destinée à accueillir des activités de gymnastique, de danse, de tennis de table et de badminton.
Elle est chauffée par le plancher. Un dojo de 203m2 destiné aux arts martiaux complète l’ensemble, il dispose d’un système de chauffage par radiateur électrique en fonte.

Des zones de rangement du matériel sont également disponibles.
Les sportifs disposent de vestiaires, de sanitaires et d’une infirmerie.
Des locaux techniques abritent la centrale de ventilation et les armoires électriques.

Coût de l'opération : 1 000 000 € H.T.
Financés par la Communauté de Communes des Sablons et la Région Picardie à hauteur de 31%.

La gare de Bornel a radicalement changé. Depuis mars 2014, les usagers bénéficient de nombreuses améliorations :

• La création de 130 places de stationnement ;
• L'aménagement d’un emplacement pour les transports en commun sur le parking existant ;
• L'aménagement de places de stationnement des 2 roues ;
• L'installation de la vidéosurveillance et raccordement à la gare ;
• La création d’une sortie sur la rue du pont Saint-Jacques.

La maîtrise d’oeuvre a été assurée par l’entreprise GNAT et l’entreprise Médinger réalisait les travaux.

Coût de l'opération : 423 000 € H.T.
Les travaux débutés en juillet 2013 ont été achevés en mars 2014.
  • «
  •  Début 
  •  Précédent 
  •  1 
  •  2 
  •  Suivant 
  •  Fin 
  • »
Page 1 sur 2